Aller à la navigation

Blog

Retour à l’accueil

05 Fév 2019

Restitution du DevOps World | Jenkins World 2018

DevOps, what? Dev ? Ops ? DevOps !

Il est vrai que c’est un terme à la mode depuis quelques années maintenant, pourtant sa compréhension peut sensiblement varier d’une personne à l’autre.

DevOps, ce n’est pas que l’automatisation des processus de livraison. Ce n’est pas non plus une “méthodologie” ou un “framework”. C’est bien plus que cela !

C’est un “mouvement”, une “philosophie”, qui renforce la communication, la collaboration et l’intégration entre les équipes de développement (dev) et les équipes en charge de l’exploitation de la Production (ops) en automatisant les déploiements applicatifs et les changements au niveau de l’infrastructure. Le but est de créer un environnement dans lequel il est plus rapide, régulier et fiable de développer, tester, et livrer des applications.

Les 24 et 25 octobre derniers se déroulait, à Nice, le DevOps World / Jenkins World 2018, la première édition européenne de cet événement annuel majeur sur le sujet. FINAXYS était bien entendu présent !

 

L’ÉCOSYSTEME CLOUDBEES EN CONSTANTE EVOLUTION 

 

Visionnez la keynote d’ouverture de Sasha Labourey (CEO de CloudBees) : ww.youtube.com/watch?v=D5NWi0D0pOU Visionnez la keynote Christina Noren (CPO de CloudBees) : https://www.youtube.com/watch?v=yf9vXxdcg74

Récemment acquis par CloudBees, CodeShip est une plateforme de CI/CD complète en mode SaaS. Elle permet de créer des pipelines de livraison sans avoir besoin de gérer l’infrastructure sous-jacente et d’être capable de livrer jusqu’en production.

On ne peut pas parler d’évolution sans parler de CloudBees Core, l’offre “classique” construite autour de Jenkins et de ses plugins pour automatiser la livraison applicative.

Avec CloudBees Devoptics, il est désormais possible de monitorer facilement son pipeline de livraison CI/CD de bout en bout, et en temps réel. La solution permet de créer en un clic des dashboards unifiés et consolidés autour des métriques liées à la philosophie DevOps, toujours dans un esprit d’accélération et d’amélioration continue.

Cette offre est maintenant épaulée par un Starter Kit regroupant CloudBees Core et Devoptics.

Dernière annonce de CloudBees : une nouvelle offre de support pour les clients disposant de Jenkins opensource, souhaitant de l’aide et un suivi de leur implémentation du logiciel.

 

JENKINS PRÉPARE LE FUTUR ! 

Kohsuke Kawaguchi, le créateur de Jenkins, a révélé pendant près d’une demi-heure, les 5 superpouvoirs de Jenkins, soit les grands axes d’évolution de l’outil.
Visionnez la keynote : https://www.youtube.com/watch?v=cAgOH-28fyI

 

  • Jenkins Pipeline : plus que jamais au cœur des efforts des équipes de développement de Jenkins, pour aller encore plus loin dans l’application des principes DevOps sur toute la chaîne de Continuous Delivery. Et désormais avec une meilleure intégration de Blue Ocean, l’interface graphique de CloudBees pour Jenkins.

 

  • Jenkins Evergreen : la simplification à l’extrême du Continuous Delivery afin d’accélérer son adoption par le plus grand nombre, sans nécessiter d’expertise (“No constant babysitting”).

 

  • Configuration as Code : pour s’inscrire toujours plus dans le mouvement “Everything as Code” et simplifier la gestion des changements pour les implémentations de Jenkins. En effet, les entreprises ont souvent plusieurs instances différentes de Jenkins et une simplification de leur configuration peut être nécessaire pour éviter le syndrome “Jenkinstein” (les instances de Jenkins qui ont grossi anarchiquement avec le temps, les faisant ressembler de plus en plus à la créature de Frankenstein).

 

  • Cloud Native Jenkins : Scalabilité, élimination des Single Point Of Failure, résilience, automatisation… Et basé sur la conteneurisation. L’objectif ici est de faire évoluer Jenkins et la chaîne de Continuous Delivery et être nativement conçu pour fonctionner sur les environnements cloud et gagner ainsi en souplesse et en robustesse. Comme le disait Werner Vogels (CTO d’Amazon) : “Everything fails, all the time”. Les pistes de réflexion vont de l’utilisation distribuée sur Kubernetes aux approches Serverless et FaaS.

 

  • Jenkins X : Last but not least : Jenkins pour Kubernetes. Ce n’est pas un remplacement de Jenkins, mais une version complètement orientée vers les conteneurs Docker et Kubernetes.Jenkins X regroupe plusieurs des éléments précédents (Pipelines, Cloud Native) pour tirer le meilleur de la plateforme Kubernetes en y adossant la puissance de Jenkins pour toutes les opérations de CI/CD.

 

LES SECTEURS HISTORIQUEMENT TRÈS RÉGULES S’Y METTENT

 

Visionnez le retour d’expérience d’HSBC : https://www.youtube.com/watch?v=uzsvvu1m3Y0

Les contraintes réglementaires ne sont pas un frein à l’adoption des bonnes pratiques DevOps. Pour preuve, c’est au tour d’HSBC de monter sur scène pour présenter leur transformation.

Tout comme la banque néerlandaise ABN AMRO (vainqueur du “Cloudbees DevOps Scalability Achievement Award” pour leur capacité à rendre hautement flexible le rendu du service grâce à la philosophie DevOps), ils ont montré que malgré un existant comprenant une majorité d’applications “legacy” peu adaptées aux transformation DevOps, il est possible de créer une dynamique favorable pour les nouveaux projets.

Ainsi, on voit apparaître des pipelines de CI/CD automatisés pour ces nouveaux projets plus modernes (Microservices, Serverless…), qui finissent par être utilisés progressivement par certaines applications “legacy”.

Tout ceci participe activement à l’expansion naturelle des bonnes pratiques et du changement de culture, afin de satisfaire au mieux les demandes du business.

Comme l’a justement énoncé Rajeev MAHAJAN, CIO chez HSBC : « We want an intelligent and aware path to production ; we don’t want our CI/CD pipelines to be static. »

 

LE DEVOPS PASSE PAR LA CASE FORMATION 

 

Visionnez la keynote de Jayne Groll, CEO de l’Institut DevOps  : https://www.youtube.com/watch?v=nlrUJIHQTBo

Le succès de toute transformation DevOps passe par “l’humain”.

Quelle que soit la volonté ou l’excellence de la chaîne d’outillage, rien n’est possible sans l’adhésion des équipes opérationnelles (dev, ops, hiérarchie).

Pour cela, il faut expliquer, former ces équipes pour pouvoir convaincre et gagner le soutien nécessaire à une transformation réussie.

Et pour répondre au mieux aux besoins de formation sur tous ces sujets, Jayne Groll du DevOps Institute nous a présenté “Upskilling”, le plus grand questionnaire à ce jour qui permet d’établir un état des lieux des pratiques DevOps dans le monde actuel.

 

ET LE CLOUD DANS TOUT CA

 

La keynote de cette seconde journée est présentée par Arun Gupta, Technical Evangelist AWS et représentant d’AWS au CNCF. Visionnez la présentation : https://www.youtube.com/watch?v=pEpuUHpbKyk

La philosophie DevOps se base sur un certain nombre d’outils, parmi lesquels les applications dites « Cloud Native ». Ces applications pensées pour le cloud sont construites autour de 3 grands principes :

  • Les microservices qui permettent une haute résilience applicative par un découplage des services, des impacts réduits lors des incidents
  • La conteneurisation, remise au goût du jour par Docker, qui permet une grande souplesse de déploiement, d’exécution et de gestion des microservices
  • Une gestion dynamique, facilitée par le cloud avec AWS Fargate par exemple.

C’est aussi dans l’ADN des applications Cloud Native de s’intégrer parfaitement via les outils d’automatisation et de CI/CD.

Au-delà de l’aspect purement applicatif, il faut aussi penser « culture ». Et quand on parle de culture, il faut comprendre « les gens », toutes les forces vives qui rendent tout ça possible.

« People are builders » nous enseigne Arun Gupta.

De la même manière, n’oublions pas que le lancement d’une application n’est que le début.

Enfin il faut éviter l’écueil de vouloir « injecter » l’innovation au sein de la culture d’entreprise. Ce qu’il faut c’est « accepter » l’innovation dans sa culture et laisser les gens, les équipes, se charger d’apporter les idées qui permettront à l’entreprise d’aller plus loin.

 

LES FEMMES SONT A L’HONNEUR…

 

… lors du Women in Tech lunch, pour échanger et mettre en avant les différentes initiatives IT portées par de (trop rares) femmes.

De nombreux intervenants ont ainsi pu partager leur expérience lors d’un déjeuner convivial et discuter directement avec Christina Noren (CPO chez CloudBees), Cheryl Razzell (HSBC) et bien d’autres.

 

LE DEVOPS A L’ÉPREUVE DE LA VRAIE VIE 

 

La keynote de clôture est présentée par James Governor, co-fondateur de Redmonk : https://www.youtube.com/watch?v=RYpNyW3SXvY https://www.youtube.com/watch?v=Prb_TXUv33o

Le monde évolue vite et c’est d’autant plus palpable dans l’IT.

On se rend compte qu’une entreprise doit donc pouvoir livrer de plus en plus rapidement de la valeur à ses clients. C’est dans ce contexte que la philosophie DevOps prend tout son sens.

Le meilleur exemple se nomme par exemple WhatsApp (revendu à Facebook pour 19M$), mais bien d’autres ont suivi le même chemin.

Il n’est donc pas interdit de penser, comme le formule James Governor, que l’un d’entre nous sera peut-être le premier qui créera seul une entreprise valant 1 milliard.

En effet, avec les outils modernes d’automatisation, la simplicité d’utilisation et le coût raisonnable du cloud public, ainsi que la philosophie DevOps, il devient possible à n’importe qui d’innover et de proposer les applications de demain.

 

ET EN BONUS…

 

Les artistes de CommitStrip ont dessiné en live pendant ces 2 jours cette magnifique fresque sur le thème DevOps / Jenkins :

Rendez-vous l’année prochaine du 2 au 5 décembre à Lisbonne au Portugal pour l’édition 2019 !

 

VISIONNEZ LE MEETUP FINAXYS du 31 janvier 2019 

 

 

—-  Alexandre SCHWARTZMANN, Mathias LEVOSTRE & Mohamed Rafik BRAHIM @Finaxys 

Share our news :

-